Bestiaire - Dragons

Les Dragons

Les dragons sont des reptiles ailés issus de la nuit des temps. Tout le monde les craint en raison de leur taille, de leur force physique et de leurs pouvoirs magiques. Les plus vieux sont parmi les créatures les plus redoutables qui soient au monde.
Les espèces de dragons connues se décomposent en deux familles : les dragons chromatiques et les dragons métalliques. La première comprend les dragons blancs, bleus, noirs, rouges et verts, malfaisant et extrêmement féroces. Quand à la seconde, elle regroupe les dragons d’airain, d’argent, de bronze, de cuivre et d’or, bienfaisants, le plus souvent nobles de cœur et respectés par les sages.
Tous les dragons deviennent de plus en plus puissants avec l’âge. Leur taille peut aller de quelques dizaines de centimètres à la naissance à plus de 30 mètres quand ils atteignent le statut de grand dracosire. Leur taille exacte dépend de leur espèce et de leur âge.
Bien qu’étant de terribles prédateurs, les dragons sont capables de manger n’importe quoi quand ils ont vraiment faim. En effet, leur métabolisme fonctionne comme un haut-fourneau d’une efficacité incroyable et parvient même à assimiler les matières non-organiques. Certains dragons prennent d’ailleurs goût à ces nourritures « exotiques ».
Même si les objectifs et les idéaux de chaque dragon varient en fonction de son caractère et de son espèce, tous sont attirés par les richesses, à tel point qu’ils cherchent à amasser autant de pièces, de joyaux et d’objets magiques que possible. Ceux qui ont réuni un trésor fabuleux rechignent à s’en éloigner trop longtemps, et ne sortent que quand la fin les tiraille ou pour patrouiller dans les environs et s’assurer que personne ne vient les dévaliser. Aucun dragon n’a jamais de trésor assez gros. Ils ne cessent de contempler leurs possessions et raffolent de leur éclat, qui les attire davantage que la lumière du soleil. Bien souvent, ils construisent un nid de pièces et d’objets précieux, dans lequel leur corps sculpte peu à peu son empreinte. Sur les grands dracosires, des centaines de pièces et de pierres précieuses ont eu le temps de s’incruster entre leurs écailles. Elles font désormais partie intégrante de leur peau ; le seul moyen de les extraire est l’incision.
Tous les dragons parlent le draconien.

Combat. Les dragons attaquent à l’aide de leur morsure et de leurs pattes griffues. Ils peuvent également utiliser leur souffle et leurs attaques spéciales, qui dépendent de leur espèce et de leur âge. Enfin, ils gagnent de nouvelles attaques physiques selon leur taille. Si possible, ils combattent en vol, affaiblissant leurs ennemis de loin avant de venir se poser pour les achever. Les dragons expérimentés sont souvent capables d’évaluer les forces et faiblesses de l’adversaire en quelques instants. Dans ce cas, ils se débarrassent en priorité des ennemis les plus dangereux (à moins que ces derniers leurs paraissent vraiment trop menaçants, auquel cas les dragons se tiennent à l’écart d’eux pendant qu’ils font le vide dans les rangs adverses).

La société des dragons. Bien que tous les dragons soient issus d’une même souche remontant à plusieurs dizaines de milliers d’années, les espèces actuelles se tiennent à l’écart les unes des autres et refusent de coopérer, sauf en cas de péril commun. Les dragons bons ne s’associent jamais aux dragons mauvais, quelles que soient les circonstances, mais il arrive que quelques dragons neutres s’allient avec les bons ou, au contraire, avec les mauvais. Dragons d’or et d’argent s’associent parfois.
Quand les dragons mauvais d’espèces différentes se rencontrent, ils s’affrontent généralement pour défendre leur territoire. Bien que l’instinct territorial soit également très développé chez les dragons bons, ceux-ci sont plus tolérants, ce qui leur permet généralement de régler leurs différents de façon pacifique.
A la saison des amours, les dragons se comportent différemment, en fonction du tempérament de chacun. Leur instinct les pousse à perpétuer l’espèce, mais pas toujours à s’occuper de leur progéniture. Les dragons jeunes adultes ont tendances à pondre des couvées de 2 à 5 œufs un peu partout dans les environs (surtout s’ils sont peu intelligents ou d’alignement mauvais) et laissent leurs rejetons se débrouiller seuls. Leurs couvées donnent naissance à des fratries de dragons qui restent ensemble, parfois jusqu’à l’adolescence, le temps pour chacun d’établir son propre territoire.
Les dragons plus âgés et plus intelligents créent généralement une cellule familiale de deux adultes et 2 à 5 petits. Quand un couple se forme, il s’agit toujours de deux dragons adultes ou d’âge mur. Dès qu’un dragon atteint l’âge de jeune adulte (ou, plus rarement, d’adolescent), il quitte l’antre de ses parents afin d’aller se trouver le sien.
Au-delà de l’âge mur, les couples de dragons ont tendances à se séparer, en raison d’un besoin d’indépendance et d’un goût pour les trésors toujours plus prononcé. Les femelles plus âgées continuent de s’accoupler et de pondre, mais passé ce stade de l’existence, seul un des parents s’occupe de la progéniture. Bien souvent, la femelle disperse plusieurs couvées : elle en garde une avec elle, en confie une à son ancien compagnon et laisse les autres se débrouiller seules. Il arrive même qu’elles aillent déposer un œuf ou un dragonnet chez des parents adoptifs qui ne sont pas dragons.

Dragons chromatiques

D’alignement mauvais, les dragons chromatiques sont naturellement malfaisants, agressifs, cupides, vaniteux et méchants.

Dragon blanc

dragon blancLe dragon blanc est l’un des plus petits dragons, mais aussi l’un des moins intelligents. Le plus souvent, c’est juste un prédateur au comportement de bête sauvage. Son regard n’exprime qu’une grande férocité ; on n’y lit pas la ruse qui caractérise les autres dragons.
Les écailles d’un dragonnet blanc brillent comme un miroir. Au fil des années, cet éclat disparaît, au point que, quand la dragon est très vieux, des écailles grises et bleus pâles sont venues se mêler aux blanches. La gueule de ce grand reptile est très caractéristique, puisqu’elle ressemble presque à un bec. Sa tête est surmontée d’une grande crête et une légère odeur de produit chimique l’accompagne en permanence.
Il choisit souvent pour antre une grotte glacée ou une caverne souterraine lui permettant de se protéger du soleil, dont il n’aime pas la chaleur. C’est là qu’il amasse tous ses trésors, si possible dans une chambre de glace, afin que l’éclat des joyaux et des pierres précieuses se reflète sur les parois. Il apprécie tout particulièrement les diamants.
Bien qu’il puisse théoriquement tout avaler, il est en réalité très difficile et n’accepte de manger que de la nourriture surgelée. Généralement, il dévore les créatures tuées par son souffle glacé tant qu’elles sont encore à l’état de statue de glace. Quand aux autres, il les entrepose sous la neige jusqu’à ce qu’elles aient atteint une température convenable.
Combat. Le dragon blanc est un adepte de l’attaque surprise, qu’il pratique en fondant sur ses proies ou en jaillissant d’un monticule de neige dans lequel il se tenait caché. Il commence par utiliser son souffle puis concentre ses attaques sur un adversaire unique.

Dragon bleu

dragon bleuLe dragon bleu est vaniteux et doté d’un puissant instinct territorial. C’est l’un des rares dragons capables de se déplacer en creusant des galeries dans le sable.
On le reconnaît aisément à ses grandes oreilles de forme étrange et à la large corne qui orne son museau. Polies par le sable soulevé par les vents du désert, ses écailles peuvent aller du bleu iridescent à l’indigo. Leur taille augmente très peu à mesure que le dragon vieillit, mais elles deviennent plus épaisses et plus résistantes au fil des siècles. L’électricité statique qui entoure perpétuellement ce monstre produit de petits arcs électriques et de légers craquements dont la fréquence augmente quand le dragon se met en colère ou s’apprête à attaquer. Le dragon bleu dégage une odeur d’ozone et de sable chaud.
Sa couleur le rend extrêmement facile à repérer dans le désert, mais il a pour habitude de se cacher en s’enterrant dans le sable, ne laissant que ses yeux et ses naseaux dépasser. Il prend grand plaisir à faire des évolutions aériennes, surtout en milieu de journée, quand l’air chaud monte au plus haut. Si la couleur de sa robe est proche de celle du ciel (ce qui arrive parfois), il n’hésite pas à se servir de cet avantage pour attaquer par surprise.
Il réside dans une vaste caverne souterraine où il entrepose ses possessions. Il s’intéresse à tout ce qui a de la valeur, mais affiche une préférence marquée pour les pierres précieuses, et plus particulièrement les saphirs. Il est parfois obligé de manger serpents, lézards et autres cactus, mais son goût naturel le porte plutôt vers le bétail. Il est extrêmement friand de la viande de dromadaire, qu’il cuit d’un coup de son souffle électrique. Quand il a l’occasion de dévorer plusieurs dromadaires d’un coup, il ne s’en prive pas.
Combat. Généralement, le dragon bleu attaque depuis le ciel ou s’enfonce dans le sable quand un adversaire approche à moins de 30 mètres. S’il a atteint un âge suffisamment avancé, il combine ses tactiques avec un pouvoir tel que terrain hallucinatoire, pour améliorer ses chances de surprendre sa cible. Il ne s’enfuit que s’il est gravement blessé, car pour lui la retraite est une preuve de lâcheté.

Dragon noir

dragon noirLe dragon noir est coléreux, sournois et malfaisant, trois traits de caractère qui se lisent sur son sinistre visage. On lui donne parfois le sobriquet de « dragon à tête de mort », en raison de ses yeux profondément enfoncés dans leurs orbites et de ses deux naseaux qui se rejoignent pour former une cavité nasale semblable à celle d’un crâne.
Cette impression est renforcée par la détérioration graduelle de sa peau au niveau des joues et des cornes. Ce phénomène s’accentue avec l’âge, mais ne fait aucun mal au dragon. A la naissance, ses écailles sont petites, minces et brillantes. Au fil des années, elles grandissent, épaississent et ternissent, ce qui lui permet de se camoufler avec davantage d’efficacité dans les marais.
Le dragon noir a pour antre une large grotte humide ou une caverne souterraine à salles multiples. Il dégage une odeur acre d’eau saumâtre et de végétation en décomposition. Dès qu’il atteint un age suffisamment avancé, il cache l’entrée de son repaire grâce à son pouvoir de croissance végétale. Il se nourrit principalement de poissons, mollusques et autres créatures aquatiques. Il aime également la viande rouge, mais à condition de la laisser mariner plusieurs jours dans les bassins d’eau croupie qui jalonnent son antre.
Il apprécie tout particulièrement les pièces. A partir d’un certain âge, il n’hésite pas à capturer les humanoïdes et à les interroger au sujet des réserves d’or, d’argent ou de platine dont ils pourraient avoir connaissance. Il se débarrasse bien évidemment d’eux une fois qu’il a obtenu les renseignements.
Combat. Le dragon noir a tendance à prendre ses proies par surprise en se fondant dans le paysage. Dans les marais où la végétation est particulièrement dense, il préfère rester au sol ou dans l’eau, car les frondaisons limitent ses mouvement aériens. S’il se sent battu, il s’enfuit à tire d’ailes (afin de ne pas laisser de traces) puis plonge se cacher dans les marécages ou au fond d’un plan d’eau suffisamment profond pour l’accueillir.

Dragon rouge

dragon rougeLe dragon rouge est le plus cupide de tous ; il cherche constamment à accroître son trésor. Son incroyable vanité se voit dans son port de tête et le dédain qu’il affiche pour toutes les autres créatures.
Les petites écailles du dragonnet son rouge vif et aisément repérables, ainsi celui-ci reste t-il à l’abris au fond de l’antre pour ne pas risquer de rencontrer des chasseurs de dragons il en sort plus tard, quand il a apprit à se défendre. A l’approche de l’adolescence, les écailles s’assombrissent et se couvrent d’une patine qui les rend plus ternes. Au fur et à mesure que le dragon vieillit, elles grandissent, épaississent et durcissent, pour finalement devenir aussi résistantes que le métal. Les crêtes et les ailes du dragon sont bleu cendré ou violet-gris à leur extrémité et s’assombrissent avec l’âge. De même, la couleur de la pupille disparaît au fil des siècles, à tel point que les yeux des plus vieux dragons rouges semblent constitués de lave en fusion.
L’antre du dragon rouge est une immense caverne s’enfonçant dans les entrailles de la terre. La chaleur dégagée par son corps rend l’atmosphère de sa tanière particulièrement étouffante et il y règne une forte odeur de souffre et de fumée. Il aime profiter d’un promontoire non loin, du haut duquel il peut surveiller son territoire qui s’étend à perte de vue. Il n’est pas rare qu’un tel pic se trouve sur le territoire d’un dragon d’argent, ce qui explique que dragons rouges et d’argent soient ennemis jurés.
Le dragon rouge est un mangeur de viande, avec une préférence pour l’humain et l’elfe encore jeune. Parfois, il charme les habitants des villages proches afin que ceux-ci lui sacrifient régulièrement une jeune vierge.
Combat. Le dragon rouge est un monstre de suffisance qui prend rarement la peine d’évaluer l’opposition. Dès qu’il repère une proie, il décide instantanément s’il l’attaque ou non. Si la réponse est positive, il applique une des nombreuses tactiques préparées à l’avance. Si ses adversaires sont petits et faibles (à ses yeux), il se pose et les extermine à coup de gueule et de griffes, craignant que son souffle ne les incinère (et leurs trésors avec eux).

Dragon vert

dragon vertLe dragon vert est si belliqueux qu’il a tendance à attaquer sans la moindre provocation. Des babines perpétuellement retroussées et sa crête arrogante sont autant de signes annonciateurs de sa nature agressive.
Les écailles du dragonnet sont fines, très petites et si sombres qu’elles paraissent presque noires. Au fil des années, elles grandissent et éclaircissent, devenant tout à tour ver émeraude puis vert olive, ce qui permet au dragon de mieux se fondre dans son milieu naturel. De nombreuses petites cornes poussent sur le front et le menton du dragon, le rendant plus menaçant encore.
Ce monstre vit en forêt, et de préférence à proximité d’arbres de grande taille et plusieurs fois centenaires. Il s’installe généralement dans une grotte s’ouvrant à flanc de falaise ou de colline et peut être détecté grâce à l’odeur acre de chlore qu’il dégage. Même s’il peut manger à peu près n’importe quoi (y compris les broussailles et les arbustes, s’il est vraiment affamé), il apprécie tout particulièrement la chair d’elfe ou d’esprit follet.
Combat. Le dragon vert n’a pas besoin d’être provoqué pour se ruer au combat, et ce qu’elle que soit la taille de son adversaire. Si l’ennemi paraît vraiment très puissant, le dragon prend le temps de le suivre sans se faire repérer afin de choisir la tactique à employer. Par contre, si la proie a l’air faible, le dragon se montre sans attendre (il adore terroriser ses adversaires). Parfois, il s’amuse à contrôler un humanoïde en l’intimidant et en s’aidant de son pouvoir de suggestion. Il adore interroger les aventuriers afin d’en apprendre davantage sur leur société, mais aussi sur leurs forces et leurs faiblesses. Cela étant, il essaye surtout de découvrir ce qui ce passe dans les environs et s’il y a des trésors non loin.

Dragons métalliques

Les dragons métallique sont d’alignement bon, mais cela ne les rend pas moins agressifs que leurs cousins malfaisants quand ils se sentent menacés ou quand on vient les défier. Eux aussi sont fiers et cupides.

Dragon d’airain

dragon d'airainNaturellement affable, le dragon d’airain a un visage très expressif. Il détient parfois des informations utiles, mais ne les transmet qu’après une longue discussion stérile truffée d’allusions pour faire comprendre qu’un cadeau serait le bienvenu en échange.
A la naissance, ses écailles sont d’un brun terne tacheté. Avec l’âge, elles prennent peu à peu la couleur de l’airain et l’aspect du métal patiné. Les deux plaques osseuses qui encadrent son visage sont lisses et renvoient des reflets métalliques ; elles s’achèvent par deux petites cornes disposées sous le menton et qui ne cessent de pousser tout au long de l’existence du dragon. Ailes et crêtes se couvrent de taches vert-de-gris à leur extrémité, taches qui s’assombrissent avec l’âge. Enfin, les pupilles du dragon disparaissent peu à peu, jusqu’à ce que ses yeux semblent constitués de métal en fusion.
Amoureux de la chaleur sèche, il passe le plus clair de son temps à se dorer au soleil. Il dégage une odeur de sable chaud ou de métal. Il occupe une grotte dans les hauteurs et de préférence orientées à l’est (afin de bénéficier des premiers rayons du soleil). Son territoire comprend toujours plusieurs endroits où il peut bronzer ou engager la conversation avec des voyageurs qui ne s’attendent pas à le trouver là.
Le dragon d’airain peut manger n’importe quoi en cas de besoin, mais en fait, il n’avale pas grand chose. La rosée matinale suffit à le nourri, ce qui constitue un énorme avantage dans l’habitat aride qui est le sien. Il la prélève délicatement sur les plantes à l’aide de sa longue langue effilée.
Il est l’ennemi juré du dragon bleu, qui vit dans les mêmes régions que lui. Plus puissant, le dragon bleu a l’avantage en cas d’affrontement à un contre un, aussi le dragon d’airain préfère t-il l’éviter le temps d’aller chercher ses voisins pour préparer une attaque de groupe.
Combat. Le dragon d’airain préfère discuter que combattre. Si une créature intelligente tente de s’en aller sans lui avoir parlé, il prend parfois la mouche et la force à le faire à l’aide de son pouvoir de suggestion, à moins qu’il ne l’endorme d’un souffle. Un individu endormi de la sorte peut très bien se réveiller maintenu sous une patte du dragon ou enfoncé dans le sable jusqu’au cou, situation à laquelle il ne pourra échapper que quand le dragon aura eu la conversation souhaitée. Si le danger qui se présente est trop grand, un jeune dragon d’airain s’enfuit et se cache sous le sable une fois sorti du champ de vision de ses adversaires. Les dragons plus âgés n’ont plus recours à cette manœuvre, qu’ils jugent indignes d’eux, mais ils préfèrent tout de même avoir l’avantage au combat.

Dragon d’argent

dragon d'argentLe dragon d’argent est une créature splendide au port majestueux. Il assiste fréquemment les créatures d’alignement bon dans le besoin, prenant le plus souvent l’apparence d’un gentil vieillard ou d’un belle damoiselle quand il s’associe aux humains.
Les écailles du dragonnet sont bleu-gris, mais lancent déjà quelques reflets argentés. Lorsque le dragon approche de l’âge adulte, leur couleur s’éclaircit et leur brillant augmente, jusqu’au point de ne plus voir distinctement les écailles. De loin, le dragon semble être sculpté dans un seul bloc d’argent massif. On l’appelle parfois « dragon aux boucliers » en raison des plaques argentées qui protègent sa tête. Au fil des ans, ses pupilles s’effacent pour finir par donner l’impression que ses yeux sont remplis de mercure.
Il aime s’installer au plus haut des montagnes, ou encore sur les nuages. Une légère odeur de pluie l’accompagne en permanence. Même si le dragon décide d’habiter dans les nuages, son antre a un plancher solide afin qu’il puisse y déposer ses œufs et son trésor.
Le dragon d’argent semble préférer la forme humaine à sa forme naturelle. Il a souvent des compagnons mortels et peut même lier une amitié durable avec certains d’entre eux. Mais, un jour ou l’autre, il finit toujours par reprendre son apparence normale et par s’éloigner pour un temps. Amoureux de la cuisine humaine, il peut s’en nourrir exclusivement sans souffrir de la moindre carence alimentaire.
Il se retrouve souvent opposé au dragon rouge, qui aime les mêmes territoires que lui. Les duels qui les opposent sont furieux et terribles à voir, mais le dragon d’argent a souvent le dessus grâce à sa capacité à attirer des alliés fiables, lesquels sont souvent des humains.
Combat. N’étant pas de nature violente, le dragon d’argent préfère éviter les combats, sauf quand il se retrouve face à un adversaire particulièrement agressif ou malfaisant. Si nécessaire, il utilise des pouvoirs tels que nappe de brouillard ou contrôle du climat pour restreindre le champ de vision de l’ennemi avant d’attaquer. Quand il se met en colère, il a recours à inversion de la gravité pour projeter ses adversaires dans les airs, où il peut les capturer dans ses pattes ou dans sa gueule. Enfin, contre les créatures volantes, il se cache au milieu des nuages (allant jusqu’à en créer à l’aide de contrôle du climat si le ciel est particulièrement dégagé) et attaque quand il a l’avantage.

Dragon de bronze

dragon de bronzeDoté d’une insatiable curiosité, le dragon de bronze aime se transformer en animal inoffensif de petite taille afin d’observer les aventurier. Il est fasciné par la guerre et n’hésite pas à se joindre à une armée pour peu que cette dernière défende une cause juste… et que la paye lui convienne.
Les écailles du dragonnet sont jaunes teinté de vert ; à peine laissent-elles apparaître quelques reflets de bronze. Au fur et à mesure que le dragon approche de l’âge adulte, le ton bronze se manifeste peu à peu, pour finir en une teinte noir-bleu patiné au bord des écailles quand le dragon est très vieux. Cet excellent nageur est doté de pattes palmées et d’écailles lisses et plates. Ses pupilles disparaissent peu à peu, jusqu’à ce que ses yeux deviennent intégralement verts.
Le dragon de bronze aime vivre à proximité d’une importante quantité d’eau, douce ou salée. Il plonge souvent dans les profondeurs, en quête de perles et de trésors enfouis. Il préfère les antres qui ne sont accessible que par voie sous-marine, mais sa caverne n’est jamais immergée (il pond, dort et entrepose son trésor au sec). Une odeur d’embruns l’accompagne en permanence. Son régime alimentaire est constitué de plantes aquatiques, de poisson et de fruits de mer. Il raffole des requins et il lui arrive parfois de s’offrir une perle en guise de friandise.
Combat. Le dragon de bronze déteste tuer les animaux. S’il a besoin de se débarrasser d’eux, il préfère leur offrir à manger ou se servir de ses pouvoirs pour les faire partir. Détection de pensées lui sert à découvrir les intentions des créatures intelligentes. En cas de combat, il charge ses adversaires après avoir restreint leur champ de vision à l’aide de nappe de brouillard (ou, s’il est en vol, il tente de les capturer dans ses pattes ou sa gueule).
Contre un bateau, il appelle une tempête ou détruit l’embarcation à grand coups de queue. S’il se sent d’humeur clémente, le navire peut se retrouver démâté, pris dans un clame plat ou encore perdu dans un banc de brume.

Dragon de cuivre

dragon de cuivreLe dragon de cuivre est un incorrigible plaisantin qui n’aime rien tant que raconter des blagues ou proposer des énigmes. Toujours bienveillant, il lui arrive aussi parfois d’être particulièrement avare. Ses cuisses massives et ses épaules extrêmement musclées lui permettent de sauter loin et de grimper avec une grande aisance.
A la naissance, ses écailles sont brun sombre avec quelques reflets métalliques. Au fil des années, elles s’affinent et prennent peu à peu la couleur du cuivre, qu’elles finissent par avoir quand le dragon est un jeune adulte. Quand ce-dernier est très vieux, ses écailles acquièrent une teinte verdâtre. Ses pupilles disparaissent avec l’age et les yeux d’un grand dracosire semblent en turquoise.
Le dragon de cuivre aime les montagnes et hautes terres arides. Il réside dans une caverne étroite, dont il camoufle souvent l’entrée à l’aide de pouvoirs tels que glissement de terrain et façonnage de la pierre. A l’intérieur, il construit un labyrinthe sans plafond lui permettant de sauter sur les intrus ou de la attaquer par la voie des airs.
Chasseur dans l’âme, il traque son gibier autant pour le sport que pour se nourrir. Il mange à peu près n’importe quoi, y compris divers minerais, mais raffole particulièrement de la chair de scorpions monstrueux et autres créatures venimeuses (il prétend que leur venin affûte son intellect). L’estomac du dragon est fait pour neutraliser ces substances toxiques, mais les poisons injectés, eux, l’affectent normalement.
Le dragon de cuivre habitant généralement non loin du dragon rouge, il est inévitable que des conflits éclatent entre eux. Plus petit, le cuivré choisit souvent de se cacher et d’attendre que la situation lui soit favorable.
Combat. Le dragon de cuivre apprécie les traits d’esprit. Généralement, il ne fait aucun mal aux créatures capables de lui raconter une blague ou une histoire drôle, ou encore de lui proposer une énigme qu’il ne connaît pas. Il prend vite la mouche si les créatures qu’il a en face de lui n’apprécient pas ses blagues ou ne supportent pas ses plaisanteries. Quand le combat est inévitable, il aime narguer ses adversaires dans le but de les inciter à commettre une erreur.
Lorsqu’il se met en colère, il essais de limiter les déplacement de l’ennemi à l’aide de transmutation de la pierre en boue. Cela fait, il pousse les créatures prises dans la boue pour les faire tomber, à moins qu’il ne décide de les capturer dans ses pattes ou dans sa gueule et de les emporter dans les hauteurs. S’il est face à des adversaires capables de voler, il les entraîne dans des gorges étroites et les pousse à la collision avec les parois (lui-même évitant ce danger grâce à son pouvoir de pattes d’araignée).

Dragon d’or

dragon d'orLe dragon d’or est un grand reptile au corps sinueux, dont la grâce n’a d’égale que la sagesse. Il déteste l’injustice et les traîtrises, allant jusqu’à s’imposer des quêtes pour défendre la cause du Bien. Il prend souvent la forme d’un humain ou d’un animal.
A la naissance, ses écailles jaune sombre sont constellées de petites taches dorées qui vont s’élargissant jusqu’à l’âge adulte, où le dragon prend sa couleur d’or. Son visage est orné de moustaches et de barbillons, et une grande intelligence brille dans son regard. Avec l’âge, ses pupilles disparaissent peu à peu jusqu’à ce que ses yeux ressemblent à de l’or fondu. Il sent le safran et l’encens.
Le dragon d’or peut vivre n’importe où. Son antre est toujours située dans un endroit reculé et fait de pierre, qu’il s’agisse d’une caverne ou d’un château. Il s’entoure souvent de gardes loyaux : animaux locaux, géants des tempêtes ou géants des nuages d’alignement bon. Il n’est pas rare que ces deux races de géants parviennent à un accord d’entraide avec un dragon d’or.
Ce dragon se nourrit principalement de perles et de pierres fines ou précieuses. Il accepte de tels présents à condition qu’ils n’aient pas pour but de l’acheter.
Combat. Le dragon d’or tente généralement de discuter avec da combattre. Face à des créatures intelligentes, il n’hésite pas à se servir de ses pouvoirs de détection des pensées et de détection des gemmes. Au combat, il fait appel à bénédiction et à son bonus de chance (s’il est suffisamment âgé, il utilise même son bonus de chance en début de journée, sachant qu’il durera jusqu’au soir, voire jusqu’au matin suivant). Il combat souvent magiquement, ses sorts préférés étant bouclier de feu, boule de feu à retardement, brume mortelle, dédale, globe d’invulnérabilité renforcée, lenteur, nuage nauséabond et sommeil.

Autres dragons et créatures apparentées

Demi-dragon

Demi-dragonLa nature magique des dragons leur permet de s'unir avec toutes les créatures, ou presque. Une telle union se produit généralement lorsque le dragon a changé de forme. Quand elle donne naissance à un rejeton, le grand reptile l'abandonne systématiquement.
Les demi-dragons sont toujours plus redoutables que les autres membres de leur race, et leur aspect physique traduit leur filiation, puisqu'ils ont presque toujours des écailles, des traits allongés, des yeux de reptile et des dents et ongles (ou griffes) particulièrement allongés. Certains ont même des ailes.







Dragon d’ombre

dragon d'ombreLes dragons d'ombre sont des créatures rusées et retorses liées au plan de l'Ombre.
Leurs écailles transparentes et leur corps sombre leur donnent une apparence vague et indistincte, à tel point que, de loin, ils semblent n'être rien d'autre qu'une sinistre masse de ténèbres.
Combat. Les dragons d'ombre préfèrent attaquer depuis une cachette en utilisant leur aptitude à se fondre dans les ombres. Ils utilisent des sorts d'illusion pour embrouiller et égarer leurs adversaires.








Dragon prismatique

dragon prismatiqueLes dragons prismatiques sont flamboyants, charmants et d'un abord agréable, contrairement aux orgueilleux dragons de force, même s'ils sont indéniablement supérieurs à ces derniers. Ils apprécient l'incroyable diversité de la vie, en particulier le large éventail de la personnalité humaine. Bien qu'ils s'aventurent rarement dans les communautés humanoïdes, ils apprécient les visites dans leurs nids isolés et attaquent rarement qui que ce soit à moins d'être provoqués.
Un dragonnet prismatique est couvert de minuscules écailles très réfléchissantes et entouré d'une aura chatoyante de lumière multicolore. Même les écailles d'un grand dracosire sont petites et fines, rendant sa peau aussi lisse que celle d'un serpent, bien qu'elles soient presque indestructibles. Comme les dragons de force, les dragons prismatiques n'ont aucune odeur.
Les dragons prismatiques font leur nid où ils le désirent. Si certains préfèrent les forteresses isolées, loin de toute civilisation, d'autres choisissent des grottes marines à la sortie d'une cité portuaire, des ruines qui surplombent une ville bourdonnante de vie ou une forêt qui borde les pâturages d'un hameau. Ils mangent peu par rapport à leur taille et prennent garde de chasser dans un large territoire afin d'éviter d'en épuiser les ressources ou de susciter la colère des éleveurs locaux. Ils mangent toutes sortes de viandes et se nourrissent peut-être de lumière.
Combat. Un dragon prismatique ne combat que s'il est attaqué, préférant engager la conversation avec des visiteurs impromptus pour accroître son expérience des excentricités et manies des autres créatures. Quand il combat, il combine son souffle, ses attaques au corps à corps et ses pouvoirs magiques avec une effrayante maestria, choisissant avec soin l'attaque en fonction de l'ennemi.

Dragon féerique

dragon féériqueLe dragon-féerique est une créature espiègle souvent alliée aux créatures féeriques comme les pixies. Ses écailles sont iridescentes, reflétant les couleurs de l'arc-en-ciel. Ses ailes de papillon sont d'un magnifique platine. Il affiche en permanence un sourire radieux découvrant des dents acérées, sourire prenant des airs menaçants quand il est attaqué. Sa queue, longue et préhensile, frétille constamment, en particulier quand il heureux ou surexcité.
Les dragons-féeriques gardent leurs distances vis-à-vis des étrangers qui pénètrent dans leurs demeures forestières, qu'ils préfèrent habilement guider au loin plutôt que de devoir leur faire face. Il n'est pas rare de les trouver à proximité de l'arbre d'une dryade, du lac d'une nymphe ou de l'antre d'une tribu d'esprits follets, dans la mesure où toutes ces créatures s'entendent à merveille.
Le dragon-féerique parle le draconien et le sylvestre. Il peut communiquer avec tous les animaux. Certains apprennent également le commun, l'elfe ou le gnome.
Combat. Le dragon-féerique préfère s'occuper de ses ennemis à distance, par le biais de ses pouvoirs magiques qui lui permettent de dérouter et de troubler ses adversaires. Si cette tactique ne suffit pas, il convoque alors un ou plusieurs alliés, ou anime des objets proches, qui combattent pour lui. Il se sert de charme-monstre, enchevêtrement et poussière scintillante pour neutraliser les adversaires dangereux. En cas d'extrême nécessité, le dragon-féerique entre à contrecœur dans la mêlée, après quoi seulement il recourra à son souffle pour hébéter ses ennemis.

Pseudo-dragon

pseudo-dragonLe pseudo-dragon est un dragon de petite taille, au tempérament joueur.
Il ressemble à un dragon rouge en miniature, si ce n’est que sa couleur est brun-rouge plutôt que rouge sombre. Il a de fines écailles et de petites cornes aussi acérées que ses crocs. Sa queue extrêmement flexible fait une soixantaine de centimètres de long (deux fois plus que le reste de son corps) et s’achève par un dard barbelé.
Capable de communiquer par télépathie, il peut également émettre des bruits d’animaux pour exprimer son état d’esprit : ronronnement (plaisir), sifflement (surprise déplaisante), gazouillis (désir), ou grognement (colère).
Combat. Le pseudo-dragon peut mordre, mais sa meilleure arme reste son dard caudal, qui injecte un puissant narcotique.




Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Neverwinter Nights ?

122 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (140 évaluations | 4 critiques)
6,5 / 10 - Assez bien

152 joliens y jouent, 1068 y ont joué.