Bestiaire - Humanoïdes Reptiliens

Les Humanoïdes reptiliens

Asabi

AsabiUn asabi mesure environ 2,10 mètres de haut, taille à laquelle il faut ajouter une queue de 2,70 mètres de long qui lui sert de stabilisateur quand il se tient sur ses pattes de derrière. La peau de l'asabi, épaisse et ayant l'aspect de galets, est de couleur marron ou grise sur tout le corps, mais vire au vert clair ou au gris brun sur le ventre. La créature a un crâne étroit et un front incliné qui d'où saillent ses arcades sourcilières protubérantes ; ses grands yeux ronds, de couleur jaune, sont fendus par une pupille verticale. Les membres de la créature dépassent de son corps reptilien selon des angles curieux et elle se déplace avec des gestes rapides et apparemment maladroits. Perchée au sommet d'un cou fin, sa tête dodeline de droite et de gauche.
Combat. Les asabis sont malins et adorent tendre des embuscades à leurs proies ou leurs adversaires, qu'ils traquent des nomades du désert pour le plaisir ou qu'ils livrent une guerre sur ordre de leur maître du moment. Leur tactique préférée consiste à s'enfouir dans le sable jusqu'à ce qu'ils perçoivent l'arrivée de leurs ennemis, puis à en jaillir pour les attaquer en bénéficiant de l'effet de surprise.
La société des asabis. Livrés à eux-mêmes, les asabis vivent en tribus dirigées par un conseil des anciens et un chef de guerre. ils peuvent s'allier avec d'autres créatures maléfiques dont chacune tirera un avantage, voire les accueillir au sein de leur tribu.

Homme-lézard

Homme-lézardLes hommes-lézards sont des humanoïdes reptiliens primitifs qui peuvent s’avérer très dangereux si on les provoque.
Hauts d’environ 2 mètres, ils ont une peau couverte d’écailles vertes, grises ou brunes et une queue dont le contrepoids leur permet de se tenir debout (elle est longue d’1 mètre à 1,20 mètre). Bien qu’omnivores, ils ont une préférence pour la viande, et plus particulièrement pour la chair humaine. Certaines tribus plus évoluées vivent dans des huttes et se battent à l’aide d’armes et de boucliers. Leurs chefs peuvent également avoir de l’équipement volé ou négocié auprès d’autres créatures intelligentes.
Les hommes-lézards parlent le draconien.
Combat. Les hommes-lézards combattent chacun pour soi, sans la moindre organisation. Adeptes de l’attaque en masse, ils tentent de repousser leurs adversaires dans l’eau, où ils savent qu’ils auront l’avantage. Si l’ennemi est plus nombreux ou si leur territoire est envahi, ils posent des pièges, tendent des embuscades et effectuent des raids sur les lieux où les provisions adverses sont entreposées. Les tribus plus évoluées appliquent des tactiques moins primitives et leurs pièges et embuscades sont souvent bien plus dangereux.
La société des hommes-lézards. Les hommes-lézards ont une société patriarcale, dans laquelle le plus fort domine. Les chamans jouent un rôle de conseillers, mais deviennent rarement chefs. La survie est l’objectif premier de ces humanoïdes, et une tribu menacée ou affamée ne reculera devant rien pour subsister (allant même jusqu’à accomplir des actes que les autres cultures jugeraient abominables).
La plupart des tribus résident dans les marais, mais un tiers des hommes-lézards vivent dans des cavernes emplies d’air dont l’accès est sous l’eau. Les tribus d’une même région s’unissent souvent contre un danger commun (lequel peut être l’arrivée d’une tribu étrangère). Il arrive aussi qu’elles s’allient avec les locathahs ou qu’elles servent une créature plus puissante telle qu’un naga ou un dragon. Dans les régions reculées, les hommes-lézards vivent de la pêche et de la cueillette, mangeant également les carcasses. Par contre, ceux qui vivent à proximité d’autres humanoïdes attaquent fréquemment leurs voisins pour leur dérober ce dont ils ont besoin (nourriture, équipement, esclave). Le repaire contient autant de petits (qui ne combattent pas) que d’adultes, ainsi qu’un œuf tous les 10 adultes.

Kobold

KoboldLes kobolds sont de petits humanoïdes aussi lâches que sadiques.
Leur peau écailleuse aux reflets rouille va du brun au noir. Deux petites cornes plus claires poussent au sommet de leur tête de chien, leurs deux yeux rouges luisent en permanence et leur queue n’est pas sans rappeler celle du rat. Ils portent des vêtements en haillons, en montrant une nette préférence pour le rouge et l’orange. Ils parlent le draconien, même si l’on a davantage l’impression d’entendre des chiens aboyer quand ils s’expriment. Ils se nourrissent d’animaux et de végétaux, mais ne sont pas contre dévorer les créatures intelligentes. Ils passent le plus clair de leur temps à renforcer les environs de leur repaire à l’aide de pièges et de système d’alerte (fosses hérissées de pieux, arbalètes déclenchées par des fils de détente, etc.).
Ils haïssent tous les autres humanoïdes et les fées, mais leurs ennemis jurés sont les gnomes et les esprits follets.
Combat. S’ils ne peuvent pas faire appel à la ruse, les kobolds ne conçoivent le combat que s’ils bénéficient d’un énorme avantage numérique (autrement dit, s’ils sont au moins deux fois plus nombreux que leurs adversaires). Si le rapport des forces leur est moins favorable, ils détalent sans demander leur reste. L’exception à cette règle concerne les gnomes, qu’ils attaquent à nombre égal.
Ils commencent par cribler leurs adversaires de carreaux d’arbalète, ne venant au contact que quand ils pensent les avoir suffisamment affaiblis. Chaque fois qu’ils le peuvent, ils tendent des embuscades près des endroits où ils ont posés des pièges. Ce faisant, ils espèrent faire tomber les ennemis dans les pièges (le plus souvent, des fosses), après quoi ils pourront leur tirer dessus en toute impunité, verser de l’huile enflammée dans le trou, jeter de la vermine venimeuse, etc.
La société des kobolds. Les kobolds vivent dans des lieux sombres, soit dans des souterrains soit dans les forêts denses. Ce sont de bons mineurs, qui s’installent parfois dans les galeries qu’ils exploitent. Une tribu se compose d’un nombre de clans variable (dix maximum), lesquels constituent des troupes de guerre qui patrouillent à 15 kilomètres à la ronde et attaquent toutes les créatures intelligentes pénétrant sur leur territoire. Les kobolds tuent généralement leurs prisonniers pour les dévorer, mais il arrive qu’ils en vendent quelques uns en tant qu’esclaves. Leur comportement et la méfiance à l’égard des autres créatures font qu’ils ont de nombreux ennemis.
Leur repaire comprend en moyenne un petit et un œuf tous les 10 adultes.

Troglodytes

TroglodyteLes troglodytes sont des êtres reptiliens dont le cœur est aussi noir que celui des pires démons. Toujours sur le pied de guerre, ils aiment tout particulièrement dévorer leurs ennemis (surtout les autres humanoïdes).
Haut de 1,50 mètre pour un poids de 75 kilos, les troglodytes ont l’air humanoïdes. Leurs bras minces sont étonnement musclés et ils se tiennent debout grâce à leur longue queue qui leur permet de conserver l’équilibre dans cette position. Leur tête est surmontée d’une crête s’achevant à la base de la nuque. Leurs yeux noirs et globuleux sont sensibles à la moindre lumière.
Leur intelligence est quelque peu limitée, mais leur férocité et la ruse dont ils font preuve au combat compensent largement ce handicap. Ils organisent souvent des incursions chez les autres communautés des environs. Dans les régions chaudes, où ils sortent plus souvent à la surface, ils tendent également des embuscades aux caravanes. Ils défendent leur repaire avec la dernière énergie, attaquant sauvagement quiconque s’approche de trop près.
Ils parlent le draconien.
Combat. Au sein d’un groupe de troglodytes, la moitié n’ont généralement que leurs armes naturelles (griffes et crocs) pour se battre, les autres possédant chacun une pique et deux javelines. Ils se dissimulent pour pouvoir utiliser leurs armes de jet puis se ruent au contact. Si le combat tourne en leur défaveur, ils fuient et tentent de se cacher.
La société des troglodytes. Une tribu de troglodyte est dirigée par le plus puissant d’entre eux, les sous-chefs étant ceux qui se sont distingués au combat. Les troglodytes s’installent de préférence à côté d’autres communautés pour les attaquer. Leurs raids s’effectuent les nuits sans lune, afin de tirer le meilleur parti de leur vision dans le noir et de leur camouflage naturel.
Rien n’a plus d’importance que l’acier au sein de leur société. Si les membres de la tribu ne possèdent généralement aucun objet de valeur, il n’est pas rare que quelques richesses gisent ça et là à l’intérieur du repaire, jetées dans un coin ou mêlées aux ordures. Le repaire est le plus souvent une grande caverne reliée à d’autres salles plus petites, qui accueillent les œufs et les jeunes. Il y a environ un jeune tous les 5 adultes et un œuf tous les 10 adultes.

Yuan-ti

Yuan-tiLes yuan-tis sont les descendants d’humains dont le sang a été mêlé à celui des serpents. Leur ruse et leur malice sont tout aussi légendaires que leur absence de pitié.
Ils ourdissent sans cesse des plans pur mener à bien leurs néfastes objectifs. Ils sont assez calculateurs et beaux parleurs pour s’allier avec d’autres créatures malfaisantes lorsque cela les arrange, mais leurs propres intérêts passent toujours en priorité.
Tous les yuan-tis tiennent plus ou moins du serpent et cela se retrouve au niveau de leur physique.
Ils parlent aussi une langue qui leur est propre, mais aussi le commun, le draconien et l’abyssal.
Combat. Les yuan-tis sont géniaux, et cela se voit au combat. Ils planifient des pièges élaborés et utilisent au mieux leur environnement, préférant les embuscades à l’affrontement direct. Ils aiment mieux se servir de leurs sorts et de leurs pouvoirs magiques que combattre au corps à corps, utilisant fréquemment leur pouvoir de frayeur et leur faculté psionique de phobie pour maintenir leur adversaire au loin.
En cas de groupe mixte, les moins puissants yuan-tis attaquent toujours en premier. Le chef de groupe peut modifier cette stratégie en fonction des pouvoirs spécifiques de ses troupes.
La société des yuan-tis. Les yuan-tis vénèrent assidûment le Mal sous toutes ses formes, tout en montrant une grande estime pour la race des reptiles. Leur société s’articule autour d’un temple et leurs rituels s’accompagnent souvent de sacrifices sanglants. Ils ont tendance à s’installer dans de vieilles ruines reculées, mais il arrive qu’ils occupent des complexes situés sous des villes humaines. Le plus grand secret plane toujours autour de l’endroit où se trouve leur temple ou leur ville. Leur style architectural fait la part belle aux formes circulaire, rampes et mâts remplaçant les escaliers.




Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Neverwinter Nights ?

122 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (140 évaluations | 4 critiques)
6,5 / 10 - Assez bien

152 joliens y jouent, 1068 y ont joué.